CETAF | Corporation des entreprises de traitement de l’air et du froid

Le début d’un long périple pour le secteur de l’assainissement


Le début d’un long périple pour le secteur de l’assainissement

Categorie(s) :   Climapresse   Nouvelles  


Par Claudia Beaumier

 

Comme il en a été question dans l’article précédent, le nettoyage des systèmes de ventilation est un secteur d’activité en pleine expansion depuis une douzaine d’années. Maintenant, la question qui demeure est la suivante : à quand la reconnaissance de ce métier qui emploie aujourd’hui près de 300 travailleurs à travers la province?

 

 


 

Lorsque l’on fait l’état de la situation, on constate que plusieurs facteurs viennent justifier le mouvement important en cours à l’égard des demandes de nettoyage des systèmes de ventilation. Bien entendu, les secteurs institutionnels et industriels en sont pour beaucoup la cause, mais il en est ainsi pour le secteur résidentiel. Cela a donc engendré un marché supplémentaire.

 

Ce phénomène s’explique notamment par le désir des citoyens d’être de plus en plus informés. Il va donc de soi que cela se transpose également lorsqu’il est question des appareils de ventilation qui se trouvent sous leur toit. Deux volets sont alors visés en ce qui a trait aux demandes dans le secteur résidentiel. Cela est dû à la fois à la croissance des tours à condominiums ainsi qu’à celle des résidences pour personnes âgées. En effet, sachant que la plupart des unités de condos ou de résidences détiennent leurs propres électroménagers et qu’une des causes principales d’incendies domestiques provient des tuyaux de sécheuse, la demande pour le nettoyage des systèmes de ventilation ne peut qu’être à la hausse.

 

Légiférer les pratiques

Maintenant que le besoin est bien réel et que la demande est présente, une question demeure : comment s’assurer de la qualité des travaux exécutés? Actuellement, il n’y a pas de loi qui régule le secteur de l’assainissement de l’air et c’est ce que déplorent les professionnels de l’industrie. C’est l’opinion, notamment, de Christian Aubin, président chez Air Technovac : « L’idéal serait d’avoir une loi sur l’obligation de faire inspecter, de façon périodique, les systèmes de ventilation d’un bâtiment. Simplement afin de savoir s’il y a un besoin en assainissement. L’objectif, ici, ne serait pas de forcer l’exécution des travaux, mais bien que les personnes concernées aient un portrait clair de la situation et qu’ils puissent prendre une décision en connaissance de cause. Parfois, il peut en être de la santé des occupants ».

 

À quand une formation reconnue?

assainissementMais avant toute création de loi, la profession se doit d’être reconnue à titre de métier officiel au sein de l’industrie. En effet, aussi surprenant que cela puisse paraître et malgré les centaines de travailleurs qui œuvrent dans ce secteur, aucune formation reconnue par le ministère de l’Éducation n’existe en lien avec le nettoyage des systèmes de ventilation.

 

À l’heure actuelle, il est possible de se procurer seulement deux ouvrages qui constituent un cadre de référence spécifique et qui s’adressent particulièrement aux besoins relatifs à la profession. Il y a d’une part le guide Techniciens, techniciennes en assainissement des systèmes de ventilation offert par le biais du programme d’apprentissage en milieu de travail (PAMT) de l’organisme EnviroCompétences. Puis, on ne pourrait passer sous silence le guide auquel la plupart des gens se réfèrent dans l’industrie, c’est-à-dire le guide ACR 2013 produit par le National Air Duct Cleaners Association (NADCA).

 

Avec un peu de recul, on s’aperçoit que si ce secteur d’activité veut passer à l’étape suivante, il dépend grandement de la reconnaissance d’une formation officielle à titre de métier professionnel. Comme cela a été mentionné précédemment, il y a à ce jour près de 300 professionnels dans l’industrie de l’assainissement à travers le Québec. La demande est donc bien présente pour ce secteur qui requiert sans aucun doute des connaissances très techniques. Dans ce contexte, si aucun diplôme attestant de la réussite d’une formation reconnue n’existe, comment savoir si une personne a acquis les connaissances nécessaires afin de satisfaire aux exigences de l’industrie?

 

 

Conclusion

Finalement, si l’on regarde le portrait d’ensemble, force est de constater que la demande augmente indéniablement, le nombre de travailleurs aussi, mais que parallèlement à tout ça, le secteur de l’assainissement, qui est en pleine croissance, s’expose à une perte de contrôle quant à l’homogénéité des pratiques en chantier. Est-ce que la création d’un programme d’attestation d’études professionnelles (AEP) serait la solution à mettre en place?

 

Bien entendu, si cette avenue est sérieusement considérée, ce sera le début d’un long chemin pour arriver à une éducation reconnue et encadrée. Tout part de là.

 



Retour aux nouvelles et événements

Inscription à Le début d’un long périple pour le secteur de l’assainissement


  • Ce champ n’est utilisé qu’à des fins de validation et devrait rester inchangé.

S'inscrire à l'infolettre


  • Ce champ n’est utilisé qu’à des fins de validation et devrait rester inchangé.
Défiler vers le haut
error

Vous avez aimé cet article ? Partagez-le !