CETAF | Corporation des entreprises de traitement de l’air et du froid

La CETAF ouvre ses portes au secteur de l’assainissement


La CETAF ouvre ses portes au secteur de l’assainissement

Categorie(s) :   Climapresse   Nouvelles  


Par Claudia Beaumier

 

Bien que présent au sein de l’industrie depuis les années 80, le nettoyage des systèmes de ventilation est un secteur d’activité en réelle ascension. En effet, si l’on jette un coup d’œil dans le rétroviseur, il est possible de constater que les dix dernières années furent prolifiques en ce qui a trait aux demandes de travaux en assainissement de l’air.

 


 

assainissementIl va sans dire que les débuts de ce nouveau secteur d’activité ont été très modestes, surtout si l’on se réfère à l’équipement et aux techniques de travail, qui étaient plutôt rudimentaires. En effet, les équipements d’aspiration utilisés à l’époque n’étaient pas à la fine pointe de la technologie. Il était donc difficile de juger si la filtration était conforme ou non (mieux connu aujourd’hui sous l’appellation High efficiency particulate air (HEPA)). Heureusement, au fil des années, les désirs de progresser en raffinant et développant du matériel spécialisé et de nouvelles techniques de travail se sont fait sentir. Bien entendu, on parle de filtration adéquate, mais également de l’avènement des systèmes robotisés dans les années 90. L’objectif de ces nouveaux systèmes était de faciliter l’exécution des travaux difficiles d’accès ou à emplacement dangereux, par exemple.

 

Jadis, par méconnaissance, les institutions n’étaient pas conscientes de l’impact qu’avait l’assainissement sur la mécanique. Effectivement, l’équipement peut fonctionner des années durant avant que l’encrassement n’engendre un bris important. Cependant, comme toute bonne chose à une fin, les premiers besoins sont apparus, car le bon fonctionnement des systèmes mécaniques s’en trouvait altéré. On constate alors de plus en plus que la déficience des appareils de ventilation était causée par l’encrassement des systèmes. Cela aurait même entraîné de premiers symptômes physiques auprès des occupants, qui auraient été directement en lien avec la qualité de l’air.

 

C’est maintenant bien connu, un taux de poussière trop élevé dans un système mécanique peut se convertir avec le temps en croissance de moisissures. Cela contribue inévitablement à alimenter de l’air possiblement contaminé que les occupants vont respirer.

 

Christian Aubin, président chez Air Technovac, est à même de le savoir, ayant lui-même démarré sa compagnie d’assainissement en 2005 :

 

« Depuis les 10 dernières années, ce dont je me rends compte, c’est qu’effectivement, les gens sont de plus en plus au fait des besoins et de la nécessité d’aller de l’avant avec un processus d’assainissement. De plus, si l’on considère que l’assainissement fut négligé dans certains cas, nous en sommes rendus à l’étape où il n’est plus uniquement question d’assainissement, mais également de réhabilitation des systèmes mécaniques de ventilation. Car le dommage causé à ces systèmes par le manque d’entretien a fait en sorte qu’assainir et dépoussiérer n’est plus suffisant ».

 

 

assainissementAprès ce constat, l’industrie a dû s’adapter afin de s’ajuster aux besoins émergents. La réhabilitation comprend notamment la pulvérisation de scellant pour les isolants acoustiques contenus à l’intérieur des conduits de ventilation, le remplacement des isolants acoustiques dans les centrales d’air, l’élimination de la rouille, la pulvérisation de peinture dans les systèmes mécaniques, etc. Cette nouvelle réalité a fait en sorte qu’il est de plus en plus fréquent qu’à la phase d’évaluation d’un projet, l’assainissement ne soit plus considéré comme suffisant. Les systèmes de ventilation des bâtisses sur le territoire québécois étant de plus en plus vieillissants, la réhabilitation est donc de mise. Avec le temps, les professionnels de l’industrie remarquent que ce genre de problèmes est en notable augmentation.

 

Aujourd’hui, on se rend compte de l’évolution et du chemin parcouru lorsque l’on voit des firmes d’ingénierie ouvrir des départements de qualité de l’air ou encore par le nombre croissant d’appels d’offres provenant des plus gros donneurs d’ouvrage, c’est-à-dire ceux qui sont reliés au secteur institutionnel, qui englobe notamment les commissions scolaires, les hôpitaux, les municipalités, etc.

 

Graduellement, on s’aperçoit qu’il y a un nombre grandissant de problématiques relatives à la qualité de l’air. Heureusement, les donneurs d’ouvrages, les propriétaires de bâtiments et les gestionnaires ne sont pas restés indifférents face à ce besoin spécifique.

 

 

Et maintenant?

De nos jours, c’est plusieurs centaines de travailleurs qui œuvrent dans le secteur de l’assainissement de l’air. Cependant, aucune institution d’enseignement n’offre de formation spécifique afin d’encadrer cette profession.

La CETAF a donc accepté d’accueillir parmi ses membres les entrepreneurs en assainissement afin d’offrir un soutien vers cette quête de reconnaissance.

C’est pourquoi au moins un article leur sera consacré à l’intérieur des prochains numéros du Climapresse. Restez à l’affût ! Nous leur souhaitons à tous la bienvenue parmi nous !



Retour aux nouvelles et événements

Inscription à La CETAF ouvre ses portes au secteur de l’assainissement


  • Ce champ n’est utilisé qu’à des fins de validation et devrait rester inchangé.

S'inscrire à l'infolettre


  • Ce champ n’est utilisé qu’à des fins de validation et devrait rester inchangé.
Défiler vers le haut
error

Vous avez aimé cet article ? Partagez-le !